Jean-Jacques Helwig - Photographie Plasticienne
Jean-Jacques Helwig - Photographie Plasticienne

​PROCHAINES EXPOS :

 

- 7ème Expo Mittel'Art de Peinture, Sculpture et Céramique à Mittelhausbergen. Les 5 et  6  Mars 2018. Réalisation d'une oeuvre sur place au cours de l'expo (Ci-dessous l'article paru dans les DNA du 4 mars 2018)

 

- La Biennale de Thann au Relais Culturel Régional de Thann, 68800 - 51 rue Kléber 68800 Thann. Du 20 au 22 Avril 2018

 

- 19ème Exposition de Peinture à la Salle des Fêtes, 1 Av. des Rives de l'Ill, 68110 ILLZACH - Les 5 et 6 Mai 2018

 

- 45ème Salon du Val d'Or à l'espace des Chaumes de MEILLANT (18) du 15 au 23 Septembre 2018

 

 

 

 

Biographie

 

Né en Alsace en 1947, j'ai suivi une formation de biologiste à Strasbourg où j'ai obtenu un Doctorat d'Etat de Sciences Physiolgie et Biochimie. Il m'est difficile de décrire le fil conducteur qui m'a mené vers cette approche et d'inviter modestement le spectateur sur ce long chemin que l'instinct, autant que les hasards de l'existence, m'ont amené à emprunter, jour après jour, à la recherche de nouvelles contrées.

 

La photographie pratiquée en autodidacte a depuis toujours été une passion et a de tout temps occupé mes loisirs. Au fil du temps, l'image isolée, même réussie, devenait trop anecdotique, trop restrictive, voire incapable d'exprimer toute l'émotion ressentie au moment d'appuyer sur le déclencheur. Je me suis alors progressivement évadé des valeurs propres à l'objectivité photographique et de sa vocation première de témoin exact et fidèle du monde pour privilégier la transformation que fait subir au réel la personnalité et la sensibilité de l'exécutant.


Démarche

Pour en savoir plus sur la Photographie Plasticienne en général, cliquer ci-contre à gauche sur la rubrique correspondantre.

 

Mes thèmes de prédilection sont ceux que je découvre autour de moi dans mon quotidien alsacien ou au cours de mes voyages. Reflets multiples des surfaces réfléchissantes qui projettent des univers métamorphosés, vieux objets, vieilles façades recomposées en cités improbables, vieux murs et vieilles portes, carrelages usés, constituent autant de sujets d'inspiration. Une remise en scène qui, au-delà du tableau, essaye d'emmener le spectateur vers d'autres contrées.

 

J'essaye d'extraire de mon environnement direct ou de mes voyages les effets combinés du temps et de la lumière, ainsi que les milles et une manières dont l'érosion, la corrosion et l'usure articulent les formes, les textures et les reflets.

 

Je tente aussi d'offrir à l'imaginaire la substance même de la matière avec son grain et son épaisseur. J'aimerais que l'on ait envie de caresser et de fouler les entailles et les travelurres de la matière, autant de meurtrissures que le temps inflige au monde.

 

Une tentative enfin de répondre à l'appel sourd des univers discrets et méprisés, alors qu'ils n'en finissent pas d'être irrémédiablement engloutis par le temps. La mémoire qui a vu étant elle-même vouée à la déformation d'un oubli progressif.